English (United Kingdom)French (Fr)
Home Chiropractic Research Chiropractic: Efficacy, Safety and Satisfaction Pourquoi la Chiropratique pour vos enfants ?

Pourquoi la Chiropratique pour vos enfants ?

Chiropratique Pédiatrique : La Sécurité des Soins

Joel Alcantara, Docteur en Chiropratique, Directeur des Recherches, ICPA

Une enquête a été effectuée dans la région de Boston (, Etats-Unis) en 1998 examinant les caractéristiques de la pratique des chiropraticiens ainsi que de leurs soins pédiatriques (1). Ce sondage a estimé à environ 420 000 visites chiropratiques pédiatriques dans la région de Boston métropolitaine seule, pour 1998. Si nous extrapolons cette étude au reste des Etats-Unis et au Canada, en un an, le nombre de visites chiropratiques pour enfants se compterait en millions. Dans la mesure où ce taux de fréquentation des services chiropratiques pédiatriques aux Etats-Unis et au Canada est très élevé, Si les soins présentaient un danger pour l’enfant, les statistiques devraient montrer un taux élevé de morbidité et de mortalité. Pourtant, il existe très peu de cas de blessures occasionnées aux enfants par la Chiropratique.

Lorsque la Société de Pédiatrie Canadienne a publié sa position sur « La Chiropratique pour les Enfants : Controverses et Questions » (2), elle a posé la question de « La Sécurité de la Chiropratique en Pédiatrie ». Le Seul cas rapporté est celui d’une occlusion vertèbro-basilaire chez un enfant de sept ans. Cela est arrivé suite à sa pratique de la gymnastique et à des manipulations chiropratiques répétées des cervicales (3). De plus, la Société de Pédiatrie a facilement admis qu’il y avait « très peu de rapports concernant d’autres complications pédiatriques ».

 

En perspectives :

  • Aux Etats-Unis, le coût annuel des problèmes liés aux médicaments a été estimé approximativement à 84,6 billion de dollars (4, 5).
  • Le nombre de décès dus à des complications gastro-intestinales, elles-mêmes liées à la consommation d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens (comme l’aspirine par exemple), a été estimé comme ayant un impact humain plus élevé que celui des décès dus au cancer du col de l’utérus, de l’asthme et des mélanomes malins (6).
  • Les erreurs médicales ainsi que les effets secondaires des médicaments sont trois fois plus élevés chez les enfants et même considérablement plus élevés chez les nouveau-nés (7).
  • Et la liste pourrait s’agrandir…

 

La Chiropratique pour les enfants est faite pour durer.

Des millions d’enfants et leurs familles continueront à bénéficier de cette forme de soins sûre et efficace appelée Chiropratique. Les chercheurs en Chiropratique étudient les effets de la Chiropratique sur les enfants atteints de subluxations et de maladies concomitantes telles l’ADHD (=anglais pour TDAH, Troubles du Déficit de l’Attention /Hyperactivité), l’asthme, les coliques et bien d’autres.

Lorsque deux formes de soins sont nécessaires aux soins d’un patient, il y aura toujours des controverses.

En tant que chercheur, tout ce que je demande est un dialogue honnête et ouvert sur les questions qui se posent, afin que tout le monde soit informé. Lorsqu’un docteur en médecine remet en cause la Chiropratique pour les enfants et non, l’utilisation grandissante de stimulants, d’antidépresseurs et d’antipsychotiques chez les enfants, même dès 2-4 ans(8), alors on peut s’interroger sur leurs motivations. Dans de prochains articles, je parlerai de l’efficacité et de la sûreté de la Chiropratique pour les enfants. Je les aborderai par thèmes, de A à Z (par exemple de l’ADHD à l’utilisation de la radiographie dans la pratique de la Chiropratique…).Tout cela sera basé sur de la littérature scientifique afin d’informer au mieux les lecteurs.

References

  1. Lee AC, Li DH, Kemper KJ. Chiropractic care for children. Arch Pediatr Adolesc Med 2000;154:401-407.
  2. Canadian Chiropractic Association - www.cps.ca/english/index.htm
  3. Hondras MA, Linde K, Jones AP. Manual therapy for asthma (Cochrane Review). Cochrane Database Syst Rev 2001;1:CD001002.
  4. Johnson JA, Bootman JL. Drug-related morbidity and mortality. A cost-of-illness model. Arch Intern Med 1995;155:1949-1956.
  5. Bates DW, Spell N, Cullen DJ, Burdick E, Laird N, Petersen LA, Small SD, Sweitzer BJ, Leape LL. The costs of adverse drug events in hospitalized patients. Adverse Drug Events Prevention Study Group. JAMA 1997;277:307-311.
  6. Singh G.Gastrointestinal complications of prescription and over-the-counter nonsteroidal anti-inflammatory drugs: a view from the ARAMIS database. Arthritis, Rheumatism, and Aging Medical Information System.Am J Ther. 2000;7:115-121.
  7. Kaushal R, Bates DW, Landrigan C, McKenna KJ, Clapp MD, Federico F, Goldmann DA. Medication errors and adverse drug events in pediatric inpatients. JAMA 2001;285:2114-2120.
  8. Zito JM, Safer DJ, DosReis S, Gardner JF, Boles M, Lynch F. Trends in the prescribing of psychotropic medications to preschoolers. JAMA 2000;23:1025-1030.